Sainte Hildegarde 15/03/2017
 
« La victoire ne s'atteint pas. Elle ne se décroche pas.  Elle s'ouvre tout simplement, librement, passionnément et se découvre en soi presque à son insu, comme toute fleur qui s'ouvre au printemps, qui s'ouvre au soleil ; là est la victoire. N'allez pas la chercher si loin. N'allez pas la chercher si haut dans les grandeurs terrestres, dans toutes ces choses hors de la normalité et hors de la régularité. N'allez pas chercher la victoire dans toutes ces créations, ou événements énormes, gigantesques, disproportionnés. Allez chercher la victoire dans la simplicité même du pétale en face de vous qui accueille la rosée du matin, qui reçoit cette goutte d'eau, qu'il intègre en lui, qui étanche sa soif, qui pose délicatement à terre cette rosée qui lui permettra de se nourrir et de s'abreuver par les racines.
Voyez en la simplicité de toutes ces choses autour de vous, voyez en tout ceci la victoire, la victoire sur vous-même, sur votre esprit, sur votre cerveau, sur votre ego. La victoire de l'amour de votre cœur et du Divin en vous.
Assurez-vous simplement d'ouvrir les yeux, les yeux de votre corps, mais surtout et aussi les yeux de votre cœur à toutes ces choses infimes, si petites et pourtant si belles autour de vous qui ne demandent qu'à éclore, qui ne demandent qu'à recevoir les rayons du soleil levant, et les rayons du soleil couchant.
Permettez à votre cœur lui aussi d'ouvrir ses pétales, d'accueillir la rosée divine, de s'en abreuver et d'étancher sa soif grâce à elle. Accueillez simplement avec une tendresse infinie et une délicatesse de dentelle brodée comme par vos grand-mères, accueillez cette énergie divine en vous en toute simplicité comme la nature le fait elle-même.
Soyez le miroir des plantes, soyez le miroir de ce fin brin d'herbe en face de vous. Soyez le miroir de ce petit arbre qui grandit vers le ciel et qui n'a de cesse d'ouvrir les yeux vers le soleil et la pluie qui étanche sa soif.
Souriez, comme la nature, de ce sourire divin, apaisant, à peine marqué sur vos lèvres. Ne froncez pas les sourcils. Ne clignez pas des yeux. Regardez avec la douceur de votre regard. Humectez vos lèvres de cette rosée que vous tend l'univers chaque jour, chaque matin et vous aurez ainsi touché du doigt la profondeur et la vasteté de l'infiniment simple et de l'infiniment petit en votre cœur, Divin, en vous.
Je vous remercie. »
Canalisé par Marie-Line Stephen
Ce message peut bien entendu être partagé à condition qu’il le soit dans son intégralité, et que soient mentionnés le nom du canal, la date, et l’adresse de ce site pour une transparence totale. Merci.
https://www.lavoixducieletdelaterre.com/